Et de nouveau un texte de mon cru qui a été lu à une lecture publique avec une petite mise en scène bien sympathique.

 

 

Le désert de Nasgarh s’étendait à perte de vue et au-delà encore. C’était un endroit hostile et complètement inhospitalier, battu par des vents aux forces colossales. L’endroit était soit torride sous le soleil, soit complètement glacial sous la lune. Personne ne vivait dans ces contrées car personne ne le pouvait. Malgré tout, un peuple résidait aux abords de Nasgarh mais c’était une tribu isolée qui avait besoin de traverser le désert pour contacter le reste du monde. Et actuellement, la situation au village était telle qu’une expédition devait être montée impérativement pour parvenir à ravitailler les habitants.

Le seul problème était que la traversé du désert nécessitait plusieurs jours de marche à l’aveugle au milieu des rafales de sable et avait aussi pour réputation d’être un périple sans retour. Peu de courageux se proposaient alors mais la nécessité faisant loi, un groupe fut monté et chargé d’atteindre l’autre bout du désert pour y rejoindre la civilisation et de s’approvisionner en vivre. Sans quoi, le village entier était condamné à disparaitre…

Pour survivre au désert de Nasgarh, le groupe composé d’une vingtaine de personne était muni de tenue résistante au vent et au sable mais aussi d’une relique sacrée, une pierre capable de se diriger dans le désert. Son pouvoir était qu’elle émettait une protection autour de ses porteurs et qu’elle s’illuminait ou déclinait en fonction de la route emprunté. Pour faire simple, si le groupe était dans la bonne direction, la pierre brillait. Dans le cas contraire, elle s’éteignait doucement. Cet artefact était l’objet le plus important du village puisqu’il créait un chemin de traverse dans le désert. A l’origine, c’était un rocher entier mais pour pouvoir le rendre plus transportable par les explorateurs, il avait été divisé en plusieurs fragments mais son pouvoir en était alors divisé. Les porteurs devaient donc se trouver très proches les uns des autres pour que l’efficacité de la gemme retrouve son pouvoir et les protège tous ensemble.

Avec la bénédiction des esprits de leurs ancêtres, les explorateurs s’aventurèrent dans le désert de Nasgarh. Les premières dunes passées, le vent et le sable les assaillirent comme pour les ensevelirent vivant mais le pouvoir de la pierre se manifesta et les enveloppa d’une barrière. Ne craignant alors plus de disparaitre, les aventuriers continuèrent leur périple.

Le voyage dura pratiquement sept jours complets durant lequel cinq hommes périrent d’épuisement. Suite à ça, le pouvoir cumulé des fragments de pierre diminua alors, la protection contre le désert devenant moindre.

Des silhouettes de bâtiments, signe de la civilisation, se dessinèrent à l’horizon. L’expédition retrouva alors un deuxième souffle d’espérance et raffermit son avancée. Sur place, ils prirent ce dont ils avaient tous besoin au village ainsi que des bêtes de traits pour le transport. Ils repartirent ensuite dans la direction de leur foyer et de nouveau, le désert tenta de les avaler mais la protection des pierres demeurait vivace.

Sept nouveaux jours de marche les attendaient mais là aussi encore une fois, six hommes perdirent la vie. Le groupe s’interdisait de puiser dans les réserves prévues pour le village, leur intérêt personnel ne pouvait pas primer, même dans cette situation de survie extrême.

Suite aux pertes, la protection de la pierre diminua encore. Le groupe était réduit de moitié et la puissance de la barrière invisible contre le sable aussi. Nasgarh s’acharnait à les recouvrir et à les digérer en lui, à décomposer leurs corps et à les assimiler au sable. Le groupe parvint malgré tout à retrouver son village d’origine et à réapprovisionner les habitants. Grâce fut également rendue à la pierre magique et à l’inestimable chemin de traverse qu’elle créée.